Souffrance du patient

stethoscope-840125L’atteinte de la motricité, de la parole et de la déglutition entraîne le patient dans un isolement extrême avec une dépendance qui s’installe progressivement. Il peut exister un déni, une indifférence affective qui peut masquer un désespoir majeur ou être une tentative de maîtrise et de stoïcisme. Face aux psychologues les patients expriment leur angoisse. Les antidépresseurs sont efficaces sur ces troubles. L’atteinte physique contre laquelle aucune volonté n’est efficace entraîne chez des patients hyperactifs  avec un important investissement dans le corps      une certaine honte à être malade et passif devant la maladie. Il faut protéger le patient d’efforts inutiles et épuisants qu’il peut vouloir s’imposer pour reculer l’échéance d’un déficit. Il faut les aider à trouver dans le regard des autres une estime de soi. Faire face en montrant une forte personnalité va aider de nombreux patients à garder une estime de soi.