Recherche thérapeutique

microscope-275984_1280Rôles possibles de cellules autres que les neurones qui seraient impliqués avant la phase clinique et responsable d’une inflammation cérébrale, pouvant orienter vers d’autres recherches thérapeutiques.

L’administration intrathécale (dans le liquide céphalo rachidien) d’oligonucléotides antisens pourraient empêcher la formation de la protéine SOD1 mutée toxique.
Beaucoup d’espoirs concernant les cellules souches mais probablement pas pour générer de nouveaux motoneurones mais au moins favoriser la survie des motoneurones restants. Les cellules souches peuvent se différencier en motoneurones, la transplantation vise à créer un environnement cellulaire protecteur. Pour l’instant la capacité de survie, de migration a été prouvée de même qu’une diminution de la gliose astrocytaire. Chez l’homme la tolérance est bonne. Il n’est pas question pour l’instant de parler des résultats mais simplement de la possibilité des faire des études.

L’hypothèse inflammatoire reste explorée que ce soit  les Cannabinoïdes qui pourraient ralentir la progression des maladies neuro-inflammatoires ou l’érythropoïétine qui chez l’animal aurait un rôle neuro protecteur. En aucun cas ces voies de recherche ne sont   des propositions thérapeutiques à court ou moyen terme.